Rwanda : Le FPR de Paul Kagame est un sous-traitant des Anglo-saxon dans la région des grands lacs africains

En 1990 les soient disant rebelles ont lancé une attaque contre le Rwanda sous l’uniforme de l’armée Ugandaise  dont ils occupaient des postes clés. Leur prétexte était de celui de rapatrier les réfugiés et dans instaurer la démocratie au Rwanda, mais la réalité autre chose. Rappelons  pendant la fondation du FPR en 1987, il y a eu une contribution presque à 80% du gouvernement américain de  l’époque par  le biais de l’américain Roger Winter qui était directeur du comité américain des refugies.

Roger Winter a organisé en 1988 au nom du gouvernement américain une conférence des associations des tutsis de la diaspora  aux USA pour les encourager de prendre les armes contre le Rwanda et conquérir le pouvoir. C’est dans cette conférence qu’il leurs a promis le soutien total des USA dans cette guerre. Ce même Roger Winter e été vu a Kigali au moment de la préparation de l’attaque des camps de refugies rwandais installes en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre)

D’une part il y avait les américains qui voulaient accéder aux richesses de la République Démocratique du Congo et vu que le président de la république du Congo (ex- Zaïre) ne pouvait pas n’était plus leur enfant chéri et que le président du Rwanda Juvénal Habyarimana leur avait refusé la base arrière pour renverser Mobutu ; il fallait donc procéder par le renversement de Habyarimana pour pouvoir attaquer le Congo.

De l’autre part il y avait Yoweri Museveni, président de l’Uganda qui devrait se débarrasser des éléments rwandais qui occupaient des positions dominantes dans son armée. Il a donc profité de l’ordre qu’il a reçu des américains de créer un passage pour le renversement de Mobutu et il s’est débarrassé de la menace des tutsi dans son armée.

Avant la fondation du FPR, il y avait un autre mouvement qui existait et qui opérait sous le nom de RANU (Rwandaise Alliance for National Unity)  et c’est ce mouvement qui a donné naissance au FPR qui devrait accomplir l’agenda des américains sur le Congo.

Ce RANU qui a donné naissance au FPR me rappelle un parti politique du nom de UNAR (Union Nationale Rwandaise) qui existait dans les années 1959. Ce parti politique été dirigé par un Certain François Rukeba qui a été utilisé dans les années 1959 à 1963 et qui était est un hutu. Vous comprendrait donc pourquoi le FPR a aussi opté de mettre les noms des hutu comme Alex Kanyarengwe et Pasteur Bizimungu et autre comme dirigeant de leur mouvement alors qu’en réalité ils n’étaient que des marionnettes (les nouveaux Rukeba).

Rappelons qu’avant l’attaque d’Octobre 1990, il y avait une commission du Rwanda, Uganda et du HCR qui travaillait sur le retour des refugies et qui avait des avancés significatifs. Le FPR n’avait donc pas raison d’attaquer le Rwanda sous prétexte du problème de refugies.

Nous reviendrons sur les détails de comment les Anglos saxons  étaient derrière la fondation du FPR jusqu’à la prise du FPR pour leurs intérêts. Ces Anglo-saxons restent toujours les maitres et sponsors importants du FPR qui travaille pour leur comptes. Le FPR n’est que le sous-traitant des pays du Nord

Les américains n’ont pas voulu attaquer eux-mêmes La RDC car ils n’allaient avoir la légitimité. Raison pour laquelle ils ont opté à une stratégie de sous-traitance en chargeant cette tache aux pays africains sous couvert de mouvements rebelles. D’où la fondation du FPR et d’autres mouvements rebelles congolais qui ont suivi la prise du pouvoir au Rwanda.

Cynthia McKinney, l’ancienne congressiste américaine qui fut l’envoyée spéciale de Bill Clinton dans la région des Grands Lacs en 1997  avait révélé également le soutien direct que les USA octroyèrent au FPR pour envahir le Zaïre sous le nom d’ADFL.

Bref, l’envahissement du Rwanda par le FPR soutenu par des grandes puissances n’avait rien à avoir avec le rapatriement des refugies tutsi ni l’instauration de la démocratie au Rwanda car :

D’abord, il y a actuellement plus de refugies qu’il y avait à l’époque et les rwandais continuent à fuir le pays du jour au lendemain. Ensuite, les rwandais sont actuellement plus pauvres qu’avant l’arrivée du FPR et  parler de  la démocratie est devenue un tabous au Rwanda.

La question fondamentale est la vérité, et de la vérité nous pouvons obtenir justice, et de la justice nous pouvons obtenir la réconciliation. Il ne suffit pas de dire que les hutus n’aiment pas les tutsis ou les tutsis n’aiment pas les hutus pour expliquer ce qui s’est passé au Rwanda en 1990-1994

Uwimana Phocas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.